Erotissimo

Je publie ici des histoires erotiques.
Elles sont reservees a des lecteurs adultes, si vous avez moins de 18 ans, vous n'avez rien a faire ici.

La plupart des textes sont de mon cru. Mais je publierai aussi des textes qui ne sont pas de moi, tout en specifiant qui en est l'auteur.
Si celui-ci, ou un de ses ayant-droits le demande, je supprimerai bien evidement la publication litigieuse.

Merci de me lire et n'hesitez pas a me faire part de vos commentaires.


email: julie.lovep@live.fr
Lot of good ideas !Heu… except for the children. Especially for little girls lol

Lot of good ideas !

Heu… except for the children. Especially for little girls lol

(via patylabelle)

lorelei-les-chroniques:

The End 
Voici la finMes seuls amis, la finNi salut ni surprise, la finJe ne vous regarderai plus dans les yeux… jamais
 
A vouloir vivre sans limites et sans entravesDésespérément avide d’amour Je me suis brulée les ailesEt perdue dans un désert de douleurs
 
Hier le tueur s’est éveillé avant l’aube, Il a montré son visage Et il s’est avancé dans le monde ou je vivaisLoreleï je vais te tuer a t’il dit…Tu ne seras plus qu’un rêve
 
Voici la finMes beaux amisCela me peine de partirMais vous me survivrez
La voici…
 
Fin

lorelei-les-chroniques:

The End


Voici la fin
Mes seuls amis, la fin
Ni salut ni surprise, la fin
Je ne vous regarderai plus dans les yeux… jamais

 

A vouloir vivre sans limites et sans entraves
Désespérément avide d’amour
Je me suis brulée les ailes
Et perdue dans un désert de douleurs

 

Hier le tueur s’est éveillé avant l’aube,
Il a montré son visage
Et il s’est avancé dans le monde ou je vivais
Loreleï je vais te tuer a t’il dit…
Tu ne seras plus qu’un rêve

 

Voici la fin
Mes beaux amis
Cela me peine de partir
Mais vous me survivrez

La voici…

 

Fin

juliepages:

Romantic Saxophone

Ce morceau sera a jamais associé a Toi …

Ou que tu sois,
Ou que je sois ,
Tu seras avec moi……
Pour toujours .

Quand je ne serais pas bien ,
Quand je serais bien ,
Quand je voudrais voir ton sourire,
Quand je voudrais sentir ta présence…

Tu as marqué ma vie,
Tu m’as changé,
Tu m’as fait rire ,
et pleurer…..

Tu m’as rendu vivante,

J’étais morte ……

Julie

La douceur des vibratos de ce saxophone, c’est toi.
Cette image sensuelle, avec la mer en toile de fond, c’est toi.
Toute l’émotion que j’ai ressenti en découvrant cela vient de toi.
Et quoique la vie puisse faire de nous, une partie de mon coeur sera à toi.

Julie, aussi…

(Source : youtube.com, via juliepages-deactivated20131220)

juliepages:

julielovep:

Adieu…

Julie Pages :
     Toi Je me sens mal.Je ne suis plus .Si je pouvais revenir en arrière.Si je pouvais juste me contrôler.Quelle idiote je suis !Quelle impulsive !Je ne sais plus quoi faire .Je suis tout simplement perdue .Entre deux MondeEntre deux eaux Je couleJe sombreVers ce soleil noir Vers ce gouffre noir Sans nom qu’est mon désespoir…
Je ne serais jamais pardonnée,
Je le sais ….

Il n’y a rien a pardonner.Ou alors, on a tout à se pardonner.Arrête de sombrer, nage… Qui sait, peut-être le courant te portera vers moi…Je l’espère.Et j’attends.Une ‘tite conne,J

juliepages:

julielovep:

Adieu…

Julie Pages :

     Toi

Je me sens mal.
Je ne suis plus .
Si je pouvais revenir en arrière.
Si je pouvais juste me contrôler.
Quelle idiote je suis !
Quelle impulsive !
Je ne sais plus quoi faire .
Je suis tout simplement perdue .
Entre deux Monde
Entre deux eaux
Je coule
Je sombre
Vers ce soleil noir
Vers ce gouffre noir
Sans nom qu’est mon désespoir…

Je ne serais jamais pardonnée,

Je le sais ….


Il n’y a rien a pardonner.
Ou alors, on a tout à se pardonner.

Arrête de sombrer, nage…
Qui sait, peut-être le courant te portera vers moi…

Je l’espère.
Et j’attends.

Une ‘tite conne,
J

(via juliepages-deactivated20131220)

Masturbations

Envie… J’en ai encore envie !
Mais quelle est donc cette frénésie
Qui me pousse à me caresser
Dès qu’en mon esprit apparait
Toi, ton nom, ton beau visage…
Impossible de rester sage,
Et vite en moi monte le désir,
Cet incroyable envie de toi
Qui sous mon string dirige mes doigts
Pour chercher encore le plaisir.

Tous les jours, soirs comme matins
Je sens la tension dans mes seins
Entre mes cuisses coule la cyprine
Mes reins se creusent et j’imagine
Tes lèvres effleurant les miennes,
Sur moi, tes mains aériennes
Ta langue jouant de mon clito
Te sentir en moi recto-verso.

Orgasmes ininterrompus,
Jouir jusqu’à être repue.

Par Julie Hugs, 2012

UNE SOIREE HABITUELLE

Soirée calme en perspective. Nous sommes en sorties de bain, toi allongée sur le canapé, et moi, comme souvent, assise par terre, mon visage près du tien. Nous regardons la télé… enfin, je crois que tu regardes, parce que moi, c’est toi que je regarde. Une fois de plus je remercie la chance qui a fait se croiser nos routes.

Trop longtemps couchée sur le même coté ? Tu t’allonges maintenant dans l’autre sens et moi, du coup, je suis à tes pieds. Place oh combien enviable pour tous les simples mortels… et qui me donne des idées, car ta sortie de bain mal fermée me laisse entrevoir le délice de ma vie. Mais n’anticipons pas. Déjà, tes pieds méritent toute mon attention, si fin, bien cambré, élégants. Je les caresses, doucement, sans provoquer de réactions de ta part. Je ne peux donc empêcher ma bouche de s’en approcher pour y déposer un baiser. Tu souris, et ce sourire qui illumine ton visage est ma récompense mais aussi un encouragement. Je m’enhardi et mes baisers, mes caresses se font plus passionnées, je prends ton orteil en bouche, je le suçote. Tu me regardes, et tes yeux sont chargés de promesses, promesses de ces plaisirs infinis que tu es la seule à être capable de me donner. Ma langue passe entre tes orteils, le long de la plante de ton pied. L’autre pied, jaloux, vient s’offrir à moi, le coquin. Ma main sur l’un, ma bouche sur l’autre, tes pieds occupent toute mon attention. Mais c’est très temporaire, car une autre partie de ton corps m’interpelle. Ma bouche entame donc un long voyage, commençant par tes fines chevilles et remontant tout le long de tes jambes, via l’intérieur de tes cuisses.

Coquine comme tu es, tu écartes légèrement les jambes, pensant que j’arrive à destination. Que nenni, je contourne l’obstacle que tu t’obstines à me présenter et c’est par le coté, par ta hanche que je remonte plus haut. Je me rabats vers ce nombril si joliment orné d’un piercing que je trouve si sexy. Ma langue le pénètre, joue avec le bijou, tandis que mes mains passent à l’action… pour dénouer la ceinture, faible rempart face à ma faim dévorante. Je continue mon itinéraire et ma bouche rejoint maintenant cette magnifique poitrine que je t’envie. Une main flatte ton sein gauche, ma bouche s’occupe du coté droit. Ma langue en titille le mamelon, je le mordille légèrement avant de changer de coté. Ma bouche reprend sa route, laissant mes mains s’occuper de tes seins. Elle s’attarde un peu dans ton cou si délicat, et monte encore un peu jouer avec le lobe de tes oreilles. La télé joue dans le vide; je suis toujours agenouillée a coté du divan ou tu es allongée, la tête légèrement penchée en arrière. Je te vois profiter de la moindre sensation et tu es si belle ainsi…

Enfin, mes lèvres rejoignent les tiennes, but de ce long périple. Tandis que nos langues entament leur sarabande, une de mes mains quitte ta poitrine, un peu a regret, et redescend sur ton bas ventre, effleurant, sans y toucher encore, ton sexe que je devine avide de plaisir. Elle descend vers l’intérieur d’une cuisse, remonte par l’intérieur de l’autre, et d’un doigt que je veux très léger, je remonte tout le long de ton pubis. Je sens déjà cette humidité prometteuse, et mon doigt redescend, appuyant plus lourdement sur ton sexe déjà bien ouvert. Mon doigt atteint l’entrée de cette grotte de plaisir et je sens tes reins se creuser, puis ton bassin venir à la rencontre de ma main. Un doigt entre doucement en toi, jauge ton degré t’excitation et ressort. Je le porte à ma bouche en te regardant. Je le passe sur tes lèvres. Je le renvoie très vite d’où il vient. Un dernier regard et ma tête aussi rejoint la place. Mon doigt, doucement te fouille, cherche l’endroit sensible qui te tirera un soupir. Et enfin j’arrive a ma gourmandise, que je déguste avec ferveur. J’aime tant le gout de ton sexe, de ta cyprine, du jus de ton plaisir que je pourrais te lécher des heures durant.

De deux doigts, je décalotte ton clitoris et je le prends entre mes lèvres, je l’aspire, je lui donne des petits coups de langues tandis qu’un second doigt est venu rejoindre le premier au plus profond de ton sexe. Ils entament un inexorable mouvement de va-et-vient mais aussi un mouvement tournant. De temps à autre, ils s’arrêtent et vont appuyer sur ton point g, t’arrachant un nouveau gémissement. J’aimerais continuer ce jeux durant des heures, mais je te sens venir, ton plaisir monte, monte… Ta respiration se fait saccadée. Tu te caresses les seins, prenant les pointes entre tes doigts, les faisant rouler, les pinçant. Tu balances ta tête à gauche, puis à droite en gémissant. J’appuie plus fort sur ton point g, ma langue se fait frénétique sur ton clitoris. Tu lâches un petit râle, un long soupir qui se termine par mon nom.

Fière de moi, je regarde ta jouissance. Spectacle inoubliable. Que je peux faire répéter, jour après jour, comme une artiste à la recherche de la perfection.

Par Julie Hugs, 2011

Bonjour ma belle Pages

J’aimerais t’utiliser pour le courrier
Que j’enverrais à ma gentille Julie
Pour lui dire combien je peux l’aimer
Et souhaiter joindre nos deux vies.

La triste affaire que cet âge !